dématérialisation du bulletin de paie: « qui va lentement… »

C’est le premier de deux courts billets que je vais consacrer à ce que je retiens du salon Solutions RH qui s’est tenu à la semaine dernière au Parc des Expositions de Paris, porte de Versailles.

J’ai assisté à la restitution par OpinionWay du sondage commandé par La Poste sur la dématérialisation du bulletin de paie et le lendemain, à la demande de François Lecombe, j’ai apporté au club des directeurs de SIRH d’Entreprise et Personnel un témoignage sur mon expérience (très modeste je le précise!)  dans le domaine.Le sujet est d’année en année, de témoignages en sondages, assez stable: tout le monde est convaincu de l’intérêt de la dématérialisation, mais ceux qui surmontent les réticences à la dématérialisation du bulletin de paie sont très peu nombreux, au grand dam des nombreux acteurs sur ce marché.

Si les DRH n’y vont pas, c’est qu’ils craignent, et sans doute pas à tort au vu des indications du sondage, que les salariés n’adhèrent pas suffisamment au dispositif. C’est que le bulletin de paie cumule des usages pratiques et une dimension symbolique forte. Pour obtenir un crédit, signer un bail ou justifier de ses droits à une pension de retraite, le bulletin de paie est indispensable: s’en démunir au profit de tiers inconnus à la pérennité incertaine et qui fournissent des garanties difficiles à évaluer demande une dose d’optimisme peu commune par ces temps où les faillites n’ont jamais été aussi nombreuses. Surtout, le bulletin de paie c’est, bien plus encore que le contrat de travail, la matérialisation (justement) de la relation qui unit un salarié à son employeur , et  lorsque l’employeur a tendance à se dématérialiser  (en fonds d’investissement par exemple), lorsque le travail lui-même se dématérialise (avec la montée des services au détriment de l’industrie), comment ne pas comprendre que beaucoup aient du mal avec un bulletin de paie « on the cloud » et souhaitent garder sinon les pieds du moins leur bulletin de paie sur terre?

Ce sont les deux aspects qu’il faut adresser simultanément pour emporter l’adhésion, obligatoire de par la loi, des salariés. Multiplier les offres de services et les prouesses techniques n’y suffiront pas: il faut rassurer! De ce point de vue, l’arrivée d’un acteur à l’image aussi puissante que celle de La Poste sur le marché du coffre-fort électronique, arrivée doublée d’un accord passé avec l’acteur majeur des prestations de services RH qu’est ADP, est prometteuse (voyez ici et ici les communiqués de presse des deux groupes).

À propos de Olivier Paradis

Directeur des ressources humaines, mobilisé par le passage d’une gestion statutaire des RH à une gestion par les compétences, expérimenté dans l’alignement des politiques, objectifs, organisations et outils RH sur la stratégie des organisations, féru de SIRH et de nouvelles technologies pour l’entreprise

Ce contenu a été publié dans externalisation, GA-Paie, gestion RH, SIRH, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à dématérialisation du bulletin de paie: « qui va lentement… »

  1. Claudio dit :

    quel est votre opinion sur le projet de modernisation de l’ONP (Office National de la Paye)

  2. Olivier Paradis dit :

    Je ne sais pas ce que prévoit l’opérateur national de paie en matière de dématérialisation du bulletin de paie. Pour le reste, au-delà de ce que j’ai déjà publié sur l’ONP, je continue de penser que c’est un très gros projet dont il est intéressant d’observer le déroulement (pour autant que les acteurs impliqués communiquent à ce propos). Le plus intéressant toutefois est selon moi les répercussions de l’existence de l’ONP sur l’organisation de la gestion des ressources humaines dans les différents ministères. A suivre!

  3. Ping : Sélection d’articles récents ayant retenu mon attention #RH #DRH #GRH #SIRH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *